MBTI : retour à la source

Bien le bonjour à vous, amatrices et amateurs de cette merveilleuse et mystérieuse théorie qu’est celle de la classification MBTI. Si vous faites partie des âmes égarées qui ne savent pas (encore) de quoi il retourne, je vous encourage vivement à faire un petit tour sur cette page qui vous aidera à saisir les bases de la classification!

Cela fait quelques temps que je n’ai pas écrit d’articles, faute d’ordinateur et d’Internet. Durant cette période, j’ai pu lire un livre assez conséquent sur la classification MBTI. Rédigés par deux psychologues spécialisés dans cette théorie fondée sur les préférences psychologiques de chaque individu. C’est justement de ces préférences que je désire parler.

1398977247_1_1

Les 16 types : un raccourci

Une chose qui m’a toujours beaucoup dérangé dans la classification en 16 types, c’est le fait qu’elle « simplifie » la réalité des choses. Notre esprit a besoin de raccourcis pour pouvoir fonctionner efficacement : si une personne a un air triste sur le visage, nous en déduisons qu’elle est triste, car cela est statistiquement vrai. Néanmoins, cette expression du visage peut avoir une origine très différente : une tristesse feinte pour une quelconque raison, une douleur qui forcerait cette expression, l’habitude d’afficher ce visage sans nécessairement de tristesse etc. Tous ces automatismes que nous développons (éviter un coureur sur le trottoir le matin, rendre un sourire lorsqu’on nous sourit, s’écarter dans le métro lorsque quelqu’un fait mine de vouloir passer) sont des raccourcis que fait notre cerveau afin de ne pas perdre trop d’énergie et de temps en réflexion. En effet, si nous devions analyser chaque action de toute personne autour de nous, nous serions épuiser rien qu’en traversant 3 rues.

disney-tumblr-vogue-disney-prinscesse-Favim.com-3145305.jpg

A mon sens, les 16 types et leur description doivent-être perçus comme cela : des raccourcis. Par exemple, prenons deux ESTP :

Le premier présente des préférence comme suit :

E 60% vs I 40%
S 55% vs N 45%
T 90% vs F 10%
P 70% vs J 30%

Le second :

E 80% vs I 20%
S 55% vs N 45%
T 51% vs F 49%
P 60% vs J 40%

Ils appartiendront tous deux au même type. Néanmoins, le premier sera plus introverti (E à 60% vs E à 90%) que le second, et le second sera plus ordonné que le premier (J à 40% vs J à 30%). Probablement que beaucoup de leurs réactions se rapporteront au comportement typique d’un ESTP. Mais ils seront néanmoins très différents.

Ainsi, il convient de se rappeler qu’il est très difficile d’anticiper le comportement d’un individu en essayant par la pensée de comprendre comment ses quatre préférences le feront agir. C’est pourquoi ces 16 types existent : pour nous aider à avoir un raccourci, mais un raccourci qui doit servir d’aide et non pas de voie sacrée pour l’identification ou la compréhension d’un profil psychologique. C’est pourquoi, j’en viens à faire cet article sur la base du MBTI : nos préférences.

Les 4 préférences de chacun :

Petit rappel :

La première lettre désigne la préférence que nous avons dans la manière d’orienter notre énergie :
-vers le monde extérieur : extraverti E
-vers le monde intérieur : introverti I

La deuxième se rapporte à la manière dont nous récoltons des informations dans l’environnement :

-par nos sens et les faits : sensoriel S
-par l’imagination et l’intuition : intuitif N

La troisième désigne la façon de traiter l’information et de prendre nos décisions :

-rationnellement : thinker T
-émotionnellement : feeler F

La quatrième enfin est orientée vers la stratégie et le mode d’action de l’individu :

jugement J
perception P

maxresdefault

Nous avons chacun une préférence plus ou moins marquée pour l’une ou l’autre des polarités. L’association de chaque préférence crée les 16 types du MBTI. Mais, comme vous l’aurez compris, selon la force avec laquelle chaque préférence est marquée, des personnes d’un même groupe sont toutes différentes les unes des autres.

 

Comment exploiter cette idées des préférences :

Il est possible, mais très périlleux et difficile, d’anticiper les réactions d’une personne, de comprendre ses choix globaux en se fondant sur le stéréotypage qui est fait de son type. Par exemple, l’ISFP cherchant l’harmonie entre les êtres, peut se lancer dans le soutien d’un candidat politique, s’investir à fond dans une association humanitaire, apporter du soutien à ses proches etc. Or, nombre d’autres groupes feront de même mais pour d’autres raisons (et sans doute parce qu’ils partagent des préférences avec l’ISFP comme leur côté F ou N).

Quelle est la conclusion de cela? Et bien si vous cherchez à comprendre le comportement d’une personne, il faut que vous parveniez à isoler le domaine dans lequel se joue l’action dont vous désirez comprendre l’origine ou la portée. Est-ce une prise de décision? La planification d’un projet? Une opinion? Le rangement ou l’organisation d’un lieu? Un choix éducatif etc. Ainsi, en comprenant cela, vous pourrez mieux exploiter le MBTI pour démêler ce qui se joue sous vos yeux. (j’ai bien conscience que vous êtes des gens très perspicaces et que vous avez parfaitement compris les quelques lignes qui précèdent, mais je vais cependant donner quelques exemples pour rendre mon propos un peu plus intelligible ^^).

Exemple 1 :

-« pourquoi cette personne désire sortir tous les soirs et rencontrer des gens? » Il s’agit d’un fort tempérament extraverti.
-« pourquoi cette personne passe autant de temps dans sa chambre? » Il s’agit d’une personne introvertie

Exemple 2 :

-« Tu me parles de ton MBTI, mais as-tu des preuves que cette théorie est vraie? Est-ce que c’est vérifié avec des gens? » Un sensoriel, attendant des preuves tangibles.
-« Wooooo trop bien, c’est vrai que sur mon lieu de travail, mes deux co-bureau sont comme ceci et comme cela! », un intuitif qui apprécie les grandes théories qui permettent de comprendre le monde

Exemple 3 :

-« Dois-tu accepter ce job à l’autre bout de la France? Et bien fais une liste des pour et des contre et le choix qui remporte le plus de pour doit-être celui que tu fais. » Un T objectif qui réfléchit froidement.
-« Tu vas quitter ta famille et tous tes amis?????? Même si c’est le boulot de tes rêves, tu seras très triste, ne pars pas! » un F qui réfléchit émotionnellement.

 

Exemple 4 :

-« Il faut planifier notre mariage le 16 juillet, sinon nous ne pourrons pas nous préparer convenablement! », un J, désireux de prendre une décision le plus vite possible!
-« Mais Chéri, c’est dans un an et demi!!!!! Nous ne saurons même pas dans quelle région de France nous serons à ce moment », un P qui désire avoir un maximum d’informations avant d’arrêter une décision.

Bref, vous avez compris l’idée : essayez d’identifier la ou les que les préférences sur lesquelles reposent une action, et de cela, vous pourrez trouver une issue pour une dispute, un litige ou quoique ce soit.

Si vous êtes arrivés jusque là, bravo, cet article était un peu dur à lire je pense, j’espère cependant qu’il était intelligible!!!

Merci de m’avoir fait l’honneur de le lire, bien à vous,

H

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s