Un humain n’aurait jamais fait cela! Mais un Homme si : la diabolisation des comportements incompris.

         2

Il y a un phénomène que j’ai souvent remarqué et sur lequel je voulais écrire un article. Ce phénomène concerne la réaction psychologique de l’humain lorsqu’il est confronté à des comportements de ses pairs qu’il ne comprend pas, et qui lui sont néfastes. Pour clarifier mon idée, quelques exemples : lorsque des opposants à la chasse imaginent des chasseurs, leur esprit crée une sorte de « groupe » dans lequel ils placent les chasseurs, en leur attribuant des caractéristiques comportementales qui les diabolisent. Lorsque des omnivores imaginent des végétaliens, ils ont tendance à les caricaturer comme des hippies ne se nourrissant que d’herbe, lorsque dans un jeu vidéo une personne est insultante, on se l’imagine comme un être narquois derrière son écran, alors qu’il doit-être tout à fait semblable à ce que nous sommes, lorsqu’on imagine les supporters de l’équipe adverse, on a tendance à les avilir. Bref, un réflexe que nous avons, lorsque nous sommes opposés à des personnes ou un groupe de personnes, est de mettre en place un certains nombre de stéréotypes.

         Dans cet article, je décrirai ce comportement de diabolisation et essaierai de mettre en scène certaines situations qui illustrent parfaitement le propos (en évitant, j’espère, les lieux communs de l’introduction :D), puis, je m’intéresserai à l’origine, selon moi, de ce mécanisme.

         Comme je le disais, lorsque nous sommes en opposition avec des personnes, nous avons tendance à créer un stéréotype de ces personnes. Mais l’effet le plus pervers de cela, c’est le fait que cette création de stéréotype est souvent inconsciente : nous nous faisons une image de ces personnes, sans nous rendre compte que nous avons inventé de toute pièce cette image. Il y a un exemple qui, je trouve est très démonstratif :

Votre copain ou votre copine est en vacances, à l’étranger, ou ailleurs, mais loin de vous. Il ou elle vous parle souvent de Candice/Bryan, cette étudiante/étudiant si cool (bon, le respect du féminin masculin est hyper chiant, donc je vais passer au féminin uniquement, vous vous adapterez hein!). « Avec Candice on a fait ci, avec Candice on a fait ça. On est allé à un concert etc ». Très rapidement, votre esprit va de lui-même créer de toute pièce une image de cette personne. Souvent, elle sera séduisante, plus que vous, marrante, attrayante, sympathique, et vous surpassera dans tous les domaines. Et puis un jour, vous allez voir votre copain, et vous rencontrez Candice : elle a un look relativement quelconque, de jolis yeux verts, mais objectivement, vous êtes plus belle qu’elle (vous avez même honte de l’admettre, ayant tout d’un coup de la compassion pour cette « rivale »), elle est sympa et a un groupe de jazz cool, mais son haleine ferait peur fuir putois, elle a du charme, mais un accent à couper au couteau et une démarche un peu étrange. Bref : cette fille est comme toutes les personnes : avec ses qualités et ses défauts. De retour de votre séjour, vous êtes soulagée : cette personne qui risquait de vous voler votre copain est en fait sympathique, du moins, plus que ce que vous pensiez. Pourquoi? Et bien simplement parce qu’à partir du moment où vous l’avez vue comme une rivale, votre esprit a essayé de faire coller à cette image de rivale une image réelle d’une personne « mauvaise ».

         Ce type de situation se retrouve par exemple lorsque quelqu’un est en retard : on imagine plein de choses, mais surtout, on maudit la personne en se disant qu’elle est irrespectueuse, sans gène etc. Et lorsque cette personne arrive enfin, en présentant ses excuses, on se dit qu’on a exagéré d’avoir ce genre de pensées. Et bien c’est parce qu’on confronte notre « image » diabolisée à la réalité : cette personne a eu un problème, et dans la même situation, nous aurions également été en retard : sommes-nous mauvais pour autant, non! Donc cette personne ne doit pas l’être non plus.

         Mais quelle est l’origine de cela? Il y a fort à parier que durant notre évolution, la stratégie de coopération du groupe a été au cœur même de la survie de notre espèce. Cette ère de notre passé a contribué à sélectionner un comportement de coopération, d’entre aide, parmi les individus de notre espèce. Or, d’innombrables scénarios peuvent également nécessiter de se montrer hostile avec des individus de son espèce : la bataille pour un territoire, des rivalités amoureuses, la lutte pour la domination du groupe etc. Il est donc probable qu’en parallèle d’un instinct de coopération de l’espèce, un instinct d’avilissement de l’adversaire ait-été mis en place afin de na pas être « gêné » par l’empathie lorsque la confrontation est inévitable.

Un

         Pour conclure cet article, une dernière petite observation. Vous aurez sans doute remarqué que de nombreux univers et films mettent en scène l’humanité face à des créatures démoniaques comme les orcs dans le Seigneur des Anneaux. Dans certains cas, ce choix se justifie par l’univers fantastique dans lequel s’inscrit l’oeuvre. Cependant, vous serez attentif au fait que souvent, ces ennemis pourraient tout à fait être des humains, mais que l’on fait le choix de la créatuue démoniaque, car il est sans doute plus agréable pour le spectateur de se dire que l’on va affronter et chercher à donner la mort à une chose « diabolique » plutôt qu’humaine.
Voilà, une petite réflexion qui ne va pas chercher loin, mais qui mérite d’être faite. J’espère que la lecture de cet article vous aura plu!

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s